Exclu. Laura Sezen « Dans les Reines du shopping je connaissais déjà Margot »

Ce lundi commence une semaine spéciale des Reines du shopping. Alors que Miss France a été désignée samedi dernier sur TF1, M6 propose une semaine avec uniquement des Miss. Elles vont avoir pour thème : « Fatales pour un diner aux chandelles ».

Sont ainsi au casting :

  • Laura Sezen (Les Princes de l’amour 3) et onze titres de Miss en tout.
  • Aïssa (Qui veut épouser mon fils? 3) et miss Afrique-Belgique 2014
  • Margot (Friends trip 3) et Miss Prestige île de France 2016
  • Sabrina, doyenne et  1ère miss France de Mme De Fontenay en 1982
  • Priscilla 21ans est présidente avec sa mère de son propre comité de miss sans critère à part l’âge

 

Laura Sezen a accepté de se confier sur cette participation à l’émission.

 

Toutsurlatelerealite : Pourquoi avez-vous accepté de participer à cette émission ?

Laura Sezen : Parce que j’adore la mode et les Miss. C’est mon univers et gagner de l’argent grâce à sa passion que demander de plus ?

Saviez-vous que c’était un numéro spécial miss ?

Non, lorsqu’ils m’ont appelé pour proposer de participer à cette émission, ils m’ont bien prévenu que ni le thème, ni le budget ne seraient connus avant le lundi matin (jour où l’on découvre les autres candidates au showroom)

Si vous l’aviez su auriez-vous accepté ce tournage ?

Oui et non car il sont venus tourner mon portrait quand j’habitais à Brest, en plein déménagement, et surtout à deux jours de mon mariage donc je n’avais pas que ça à penser et c’était le bordel entre les cartons partout et tous les préparatifs du mariage.  J’ai donc passé la nuit avec mon mari à improviser un dressing. J’ai dû mettre des photo de moi partout sur les murs comme la journaliste me l’avais demandé et je n’ai pas choisi des tenues en rapport avec les miss… ou du moins j’aurais mis le niveau plus fort si j’avais su que c’était une compétition de Miss

Toutes les candidates sont des Miss. En connaissiez-vous avant le tournage?

Oui, je connaissais Margot. A mon arrivée à l’hôtel avant l’émission, une nounou nous emmène dans notre chambre et nous sert le repas, et pareil le lendemain matin le petit déjeuner en chambre car on ne doit  pas se croiser avant le plateau où les présentations seront alors faites ! Bizarrement, je m’ennuyais et j’ai failli envoyer un message a Margot mais ne l’ai pas fait ! Le lendemain, sur le plateau, j’étais la deuxième à arriver et Margot la quatrième. Ca a été des deux côtés la méga surprise. On était tellement contentes qu’on a dû nous rappeler à l’ordre. Le lundi soir, après mon shopping, Margot m’a annoncé qu’elle a été appelée au dernier moment et m’a dit le nom de la candidate qu’elle remplace. Je la connaissais aussi.

Avec Margot, on a passé un an à se voir presque tous les jours. Il y 5 ans quand elle était miss j’étais sa première dauphine et des photos de nous il y en a plein sur les réseaux sociaux. Et l’an dernier je faisais partie du jury qui l’a élue Miss Île de France 2016 où là encore il y a des photo et des articles dans la presse !

 

 

Du coup avez-vous jugé Margot différemment des autres concurrentes ?

Non , là dessus on a mis les choses au claire. On se connait, mais on a joué le jeu comme si de rien était ! Certaines bien sûr on dit que c’était de la magouille…mais sur cela on a l’esprit tranquille. A Miss Île de France, elle était dans mon top 3 mais je ne l’ai pas mise première donc pour un jeu télé, je n’avais pas d’intérêt à tricher

 

L’ambiance entre miss ça allait?

Nous étions là pour  un concours de style, pas de beauté, ni d’intelligence. Ayant toutes l’habitude de la compétition, nous sommes toutes restées très fair-play même à l’hôtel ou nous logions personne n’a tapé sur personne [rires]. Mais après le milieu des miss c’est un milieu à part quand même donc ce qui s’est dit en sale d’interview est peut être loin d’être sympa. J’avoue moi-même avoir beaucoup taillé en interview !

 

Avec qui êtes-vous restées proche après le tournage ?

Je suis restée proche de Margot et Aissa car le courant est passé. Avec Sabrina un peu moins comme ce n’était pas la même génération : elle n’a même pas internet. Avec Priscilla, vous le découvrirez dans l’émission, mais je n’ai pas apprécié certaines choses faites et dites donc elle ne me manquera pas ! Je l’appréciais au début mais se côtoyer autant de jour et presque vivre ensemble, à un moment les masques tombent…

La diffusion commence ce soir à 17h30. Vous avez des appréhensions?

Oh oui énormément, je connais la télé et je sais que les montages peuvent tout changer ! Déjà j’ai hâte de savoir quel ville ils ont gardé pour moi car à Brest, pour l’avoir vécu, les gens sont pas très tendre !

J’appréhende d’autant plus que je l’avais fait pour le fun et l’argent, sans penser être un jour à nouveau Miss. mais le 8 décembre dernier j’ai gagné le titre de « Miss Sanary-Bandol » et je concours donc le 27 janvier prochain à « miss Provence Méditerrané 2018 ». Le comité Miss Provence Méditerranée ne rigole pas avec tout ce qui peut salir sa réputation ! Donc, ayant fait l’émission, avec  mon naturel légendaire j’ai peur des montages et peur d’avoir dit des choses dont je ne me souviens plus en interview mais peut-être pas très gentil

Est-ce que vous avez des regrets?

Oui mais les contrats de la production nous empêche d’en parler mais au moins j’ai appris ce que veut dire être payée en nature ! [rires]. On a été payées par des enveloppes shopping. Cela n’a pas plu à certaines qui ont hésitées à partir. Comme dans tous programmes les contrats sont bien ficelés pour qu’on ne puisse rien dire, des choses du règlement me dégoûte mais je ne peux pas en parler sans risquer un procès. Dans dix ans il y aura prescription, on pourra parler de l’envers du décor ou des contrats… Malgré tout les nounous et l’équipe de tournage ont été adorables

Vous pensez avoir gagné l’émission?

Je ne peux pas dire qui a gagné ou perdu mais, une chose est sûre,  j’ai gagné au moins une écharpe de plus depuis le tournage et j’ai pu rencontrer Cristina, qu’on me décrivait très hautaine et méchante, mais elle est magnifique et adorable !

 

Publicités

Exclu. Laura Sezen « J’avais faim mais j’étais trop mal pour manger »

Découverte dans Les Princes de l’amour 3 en tant que prétendante de Djémil, Laura Sezen a depuis eu des problèmes de santé.

En exclusivité elle a accepté de revenir sur ses différents soucis.

 

Toutsurlatelerealite : En 2016 vous avez eu quelques problèmes de santé. De quoi s’agissait-il?
Laura Sezen : J’ai fait une roséole avec complications multiviscerales. J’ai perdu beaucoup de poids, j’avais faim mais j’étais trop mal pour manger. Mon médecin généraliste m’a envoyé vers plusieurs hôpitaux qui m’ont mis une étiquette « d’anorexique ». On a demandé à mon médecin de me rediriger vers des centres pour personnes étant atteintes de troubles du comportement alimentaire (TCA). Aucun établissement n’a voulu me prendre en charge parce que je ne souffrais pas que de TCA pour eux. Ils pensaient que ma place était en médecine générale. Du coup, ils se renvoyaient la balle. On me renvoyait en moins de 24h chez moi et je compte bien porter plainte pour non assistance à personne en danger. On me laissait sortir seul de l’hôpital en pleine nuit avec 7.4 de tension, un IMC catastrophique (37kg pour 1m72) et un taux de potassium qui laissait craindre que mon cœur lâche à tout moment !

Votre médecin vous est venu en aide?
Mon généraliste a donc décidé d’une mise en place d’une hospitalisation à domicile. Je ne pouvais plus rien faire seul, je chutais et je me suis fait quatre fractures en deux mois !
Mon médecin a programmé une fibroscopie en espérant qu’à l’hôpital ils allaient me garder mais non. Selon eux, il y avait des anomalies normal pour une personne anorexique et qu’une biopsie oesophgienne prouverait bien que tout cela était dans ma tête.

Quelle a été la réaction de vos proches?

Mes amis avaient créés une page pour me soutenir, tenter de trouver une solution et lancer un appel à l’aide parce qu’on me laissait mourir chez moi au final ! Une personne du Ministère de la santé a vu ma page et a contacté mon fiancé. Elle lui a dit d’appeler les pompiers, de ne rien dire ni sur ma profession, ni sur mon dossier médical et de m’emmener à un hôpital réputé de Paris où cette personne nous a accueilli et m’a fait admettre pour malaises et nausée.

Qu’est-ce que l’hôpital a détecté?
Les résultats des biopsie sont arrivées et j’avais une oesophagite à éosinophiles, une gastrite, un yersina cololicta, une pancréatite post viral. Tout cela m’empêchait de manger, et donc de grossir. Cela me provoquait également des douleurs atroces.

J’ai tout d’abord été mise en réanimation puis en gastro où l’on ma mise sous sonde naso gastrique et sous traitement pendant trois semaines. J’ai voulu sortir pour signer les bancs de mon mariage avec mon fiancé mais j’ai eu du mal à m’en sortir et il a fallu m’hospitaliser de nouveau parce que je suis sortie trop tôt de l hôpital !

Vos problèmes de santé vous empêchait de travailler?
Je suis quelqu’un qui déteste ne rien faire et, comme tous le monde, j’ai besoin d’argent. Contre l’avis du personnel soignant j’ai repris les shooting et les défilés. Bizarrement plus j étais maigre plus j avais de demande. J’ai déménagé à Brest où je faisais la navette pour aller à mes contrats mais il fallait bien que je vive avec mon fiancé. En avril je me suis mariée, sous morphine, puis j’ai déménagé en juin sur la Côte d’azur.

A ce moment là vos problèmes de santé sont revenus…

Effectivement, mais le médecin généraliste qui me suis ici est super. Il a demandé directement à mon mari de m’emmener aux urgences pour suspicion de méningite. Je pleurais énormément parce que j avais mal à la tête, la nuque raide, des vomissements et des malaises ! On m’a fait une ponction lombaire. Tout allait bien, sauf une sinusite ethmoidal qui comprimait mon cerveau. Après une nuit sous morphine, j’ai pu rentrer avec un traitement.

Dix jours plus tard je faisais un défilé dans le sud. Je n’étais pas bien mais je n ai rien dis. J’ai mis les tremblements sur le compte du stress. Après le défilé, un petit apéro à la maison entre amis était organisé. Mon mari est parti raccompagner l’un d’entre eux qui était alcoolisé et en revenant il m’a trouvé inconsciente dans les escaliers.

 

 

Du coup pour vous c’était un retour à l’hôpital?
Je m’y suis réveillée vers 7h du matin et j’ai mis ça sur les quelques verres que j avais bu et j’ai demandé à rentrer. Et là, contrairement à Paris ou à Brest, le médecin m’a directement expliqué que je ne pourrais pas sortir et qu’on allait me changer d’hôpital et de service. J’ai demandé à voir mon mari, mais je n’avais pas le droit. J’étais en quarantaine pendant un moment. Je l’ai vu quand ils se sont assurés que je n’étais pas contagieuse mais malheureusement les autres personnes étaient contagieuse pour moi car j ai un système immunitaire défaillant.

Il se trouve que je souffrais d une insuffisance surrénale aiguë. Si mon mari n’avait pas appelé les pompiers, je serai décédée dans le week-end. Je souffre également d’épilepsie, du syndrome d Arnold, de la maladie de Tietze et d’une hypersensibilité à la douleur due à un soucis neurologique ainsi qu’une insuffisance cardiaque mais pas assez grave pour que l’on m’opère, donc à surveiller tous les 2 ans !

En ce moment tous les médecins cherchent des maladies auto-immunes parce que ce n’est vraiment pas possible d avoir aussi peu de chance ! Les recherches peuvent être longues pour trouver laquelle ça peut être… Mes glandes surrénales se sont arrêtées de fonctionner suite à un sevrage trop rapide de cortisone que je prenais depuis plusieurs mois pour de la polyarthrite qu’au final je n’ai pas.

Comme la dernière fois, vous avez repris votre travail?
Pour le moment je ne peux plus travailler à cause de la fatigue due à ma maladie. Je suis reconnue comme étant adulte handicapée, ce qui n’est pas une honte. Je suis suivie par une équipe pluridisciplinaire à Marseille et Toulon pour me remettre sur pieds, même si je vais avoir un traitement à vie pour pouvoir reprendre une vie normalement et sans douleurs !
C est compliqué d’être atteint d’une maladie qui ne soit voit pas. Quand je ne peux pas marcher à cause des douleurs, ou de mon cœur, je suis en fauteuil roulant et je vois bien le regard des gens qui doivent se dire « A part être très fine, où est son problème ? »
A un moment on a cru que j avais de la fibromyalgie parce que j’avais les même symptômes, donc, comme les personnes atteinte de fibromyalgie, mes douleurs chroniques apparaissent par crise, soudainement, et je ne sais jamais si cela va durer quelques heures, quelques jours ou plus… Donc je ne peux plus rien prévoir à l’avance et dois sortir avec une trousse à pharmacie digne du sac de Mary Poppins !

 

Psychologiquement ça doit être difficile?

Lorsqu’on me demande « Comment ça va ? », je réponds directement « Et toi ? » car à part les personnes ayant souffert de maladie grave et chronique, les autres ne peuvent pas comprendre pourquoi un jour je vais enregistrer une émission télé ou sortir faire la fête, puis un autre jour ne plus pouvoir rien faire.

J’ai fais une très grosse dépression à cause de tout cela. Imaginez vous toute la journée dans un lit et bourrée de médicaments à attendre des rendez-vous… J’ai de nouveau perdu du poids, mais depuis quelques jours j ai retrouvé le moral ! Les Miss ça a toujours été ma passion : j’ai plus de onze titres (dauphine et gagnante confondu). Le comité Miss Provence méditerranée m’a proposé de me présenter à une élection (sans savoir que mes soucis de santé étaient aussi important). Mon mari, ma famille et mes amis étaient contre mais je l’ai quand même fait. Je leur ai dit « Comment voulez-vous que mon moral aille mieux à attendre la mort dans un lit ? » J’ai été à l’élection, pas pour gagner mais comme un défi personnel, et j ai gagné.

Aujourd’hui quels sont vos objectifs?

Maintenant mes objectifs sont mes prestations de Miss. Ma première dauphine Milinda assure les événements auxquels je ne peux pas assister et va apprendre une chorégraphie qu’elle va devoir faire au cas où il y aurait besoin de me remplacer. J ai déjà tournée dans plusieurs films depuis mon arrivée dans le PACA comme « Taxi », mais j’étais triste de ne pas avoir tenu tous les jours de tournage.

D’ici un mois, avec la volonté et les soutiens que j’ai, je pense pouvoir reprendre le mannequinat, les tournages et je compte bien profiter de la vie car, maintenant, je réalise à quel point elle est fragile.
Je pense aussi recontacter, quand je serai sûr à 100% de ne plus avoir de soucis de santé, une production qui m avait proposé une télé réalité sympa mais ce n’est pas ma priorité !
Maintenant je vais être suivie toute ma vie pour ma santé. Je pense que ce mauvais passage m’a fait mûrir et relativiser sur les bêtises du quotidien.

Laura Sezen sur le plateau de C’est mon choix

Un an et demi après la diffusion des Princes de l’amour 3, Laura Sezen  est de retour à la télévision. Elle sera ce mercredi dans C’est mon choix à 17h00 sur Chérie 25. Le thème sera A la recherche de ma robe de mariée.

Un plateau enregistré 43 jours avant son mariage qui a eu lieu ce samedi, comme nous vous le révélions.