Tatiana Laurence Delarue soutient les femmes

C’est aujourd’hui la journée de soutien pour les femmes battues. A cette occasion, il est bon de rappeller que Tatiana Laurens de Secret Story 1 a déjà participé, il y a quelques années, à un clip contre la violence faite aux femmes.

De plus, elle a une association nommée Rose-Jaune qui  permet de lutter contre cette violence. Il faut savoir que Tatiana Laurens a vu sa mère se faire tuer par son beau père. Elle témoigne en déclarant ceci  Dès l’âge de quatre ans, j’ai connu la violence conjugale, à travers ma mère qui était maltraitée, psychologiquement et physiquement, par son compagnon. Elle est toujours restée digne, même en sachant qu’un jour, elle succomberait sous les coups de son bourreau. A onze ans, elle m’a annoncé qu’elle allait mourir, en me faisant promettre de protéger ma sœur. Ma mère est décédée, quand j’avais douze ans.

Photo de Tatiana Laurens

Photo de Tatiana Laurens

Elle est ensuite elle-même maltraitée par son compagnon de l’époque. Elle affirme ceci : Depuis ma plus tendre enfance, j’ai été conditionnée à être tétanisée face à la violence. A la première maltraitance, un signal d’alarme s’est déclenché dans ma tête, induisant un comportement de soumission et je n’ai plus eu la force de me révolter […]. Les femmes battues ne sont pas masochistes. Elles ne recherchent pas la violence. Elles n’arrivent pas à la fuir. C’est très différent. […] J’ai demandé aux policiers qui venaient chez nous, alertés par les voisins : « Allez-vous me protéger, si je porte plainte? » Ils m’ont tous répondus par la négative. L’un d’eux m’a même lancé : « Vous n’êtes pas le président de la République, tout de même. » Donc, on se tait, de peur des représailles, pas pour protéger son bourreau, mais pour se protéger, soi et les gens qu’on aime. […] Battue, j’ai été séquestrée plusieurs jours dans une pièce, dont je me suis échappée, à la faveur d’une absence de mon tortionnaire. Je ne comprends même pas moi-même comment j’ai pu courir aussi loin pour rejoindre l’hôpital. J’étais terrorisée. Je le voyais partout dans la rue. Je me cachais derrière les panneaux publicitaires. Le médecin légiste a constaté une incapacité temporaire de travail et ça, c’est recevable en justice […]. J’ai compris que mon bourreau pouvait encourir plusieurs années de prison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s